cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

Angkor : Banteay Samre

Le temple de Banteay Samre

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

Avant d’arriver au temple nous traversons une zone d’habitations traditionnelles et plus particulièrement le village de Pradak. Les Samres sont un peuple autochtone dont l’origine n’est pas vraiment connue. Ces derniers peuplaient la région au pied des collines de Kulen, et les habitants du village de Pradak sont considérés comme leurs descendants.

Lors de sa re découverte le site de Banteay Samre était envahi par la végétation et ressemblait comme beaucoup d’autres constructions d’Angkor à des ruines perdues dans la forêt.

L’anastylose l’a transformé en l’un des plus beaux monuments du groupe d’Angkor d’où son surnom « l’Angkor wat miniature »

Description de Banteay Samre

Vous pouvez commencer votre visite en faisant le tour par la gauche le long des douves pour rejoindre l’allée d’accès.

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

Vous passerez par une double enceinte, puis une seconde enceinte-galerie, avant d’accéder au sanctuaire, orné d’une jolie tour.

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

Vous observerez de belles décorations sculptées, notamment sur les frontons.Les frises mettent en scène ici Vishnou et Shiva.

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

cambodge angkor benteay samre siem reap dianesvoyages

Devant le temple, ne ratez pas la superbe terrasse, avec cette longue chaussée qui permettait ce temple d’être relié aux autres. Petite anecdote les statues de lions ont une queue amovible qui faisait place à une torche lors des cérémonies.

La légende du roi concombre

Le monument lui-même a sa propre histoire, relatée par M. Baradat. Il raconte l’accession au trône d’un pauvre fermier d’origine Samré nommé Pou, spécialisé dans la culture des concombres doux dont il avait reçu les graines d’une manière surnaturelle. Après sa première récolte il a rendu hommage au roi, qui les a trouvés si succulents qu’il a rapidement obtenu les droits exclusifs des concombres. Il ordonna alors à Pou de tuer n’importe qui, homme ou bête, qui oserait entrer dans son champ.

Durant la saison des pluies, lorsque les concombres étaient rares, le souverain, impatient d’en manger, alla rendre visite à son jardinier. Cependant, arrivant après la tombée de la nuit, il fut mortellement blessé par le fermier qui le pris pour un voleur et fut enterré comme tel au milieu du champ.

Le roi n’avait pas de descendants directs et les dignitaires du royaume étaient incapables de s’entendre sur le choix de son successeur. Devant l’incapacité de choisir ils recoururent à une intervention divine, appelant l’éléphant de la victoire afin de désigner le nouveau roi. L’éléphant sacré désigna alors le producteur de concombres.

Devenu roi, ce dernier exhuma alors le cadavre de son prédécesseur pour célébrer la cérémonie funéraire au Mebon oriental, suivie des rituels de crémation à Pre Rup. Les dignitaires de la cour, humiliés d’être gouvernés par un Samre, ont exprimé leur mécontentement en ne montrant aucun respect à ce nouveau roi. Le roi, incapable de leur faire entendre raison quitta le palais royal et alla habiter à quelques kilomètres de la ville – à Banteay Samre. D’après une stèle il y «resta enfermé comme une tortue effrayée la tête dans sa carapace».

D’après la légende il décapita par la suite tous ceux qui l’avait humilié. Son règne suivit dès lors en harmonie parmi ses disciples qui lui devinrent fidèles.

Informations complémentaires : cliquez ici

Si vous souhaitez voir mes autres articles sur le Cambodge cliquez ici

Si vous souhaitez voir les vidéos du Cambodge cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *